Tags: ,

Welcome !

Léa Ullmann a rejoint la team des chefs de projets de La Haute Société, celle des makers. Plus précisément, elle est Senior Project Manager depuis décembre 2019 (et elle tient à la version anglaise… elle trouve que ça claque plus !).

En “multitaskeuse” professionnelle, elle pilote, planifie et coordonne les projets pour les comptes Intersport, CEA, Arlogis ou encore Resmed.

Finalement, Léa est dans le travail comme elle est dans la vie. En bon capitaine, elle sait parfaitement mener sa barque… Welcome !

Interview #1

Léa, une pro avant tout…

Comment expliquerais-tu ton job ? Faire rentrer des ronds dans des carrés et des carrés dans des ronds. Planning-planning-planning, prod prod prod. « Il n’y a pas de problème, que des solutions »

Pourquoi as-tu postulé à LHS ? Ce qui t’a plu, séduit, motivé ? Je connais La Haute Société depuis longtemps. A mon retour sur Grenoble en 2014, je l’ai très vite identifié comme une agence dotée d’une belle notoriété où je sentais une vraie bonne atmosphère de travail et des projets/clients de qualité, remplie de belles personnes. Après plusieurs candidatures spontanées en 2014 puis 2017, les planètes se sont alignées en 2019 : il y avait un poste à pourvoir et j’étais en recherche. J’ai donc postulé au poste de Chef de Projet digital senior. Le poste correspondait en tout point à mes aspirations. 

Anecdote : j’ai accidentellement explosé mon écran de téléphone de joie quand Jérôme m’a confirmé mon embauche – j’étais vraiment très contente !!  

La première chose que tu as faite ton premier jour à La Haute Société ? Un welcome pack muni d’un collier à fleurs hawaïennes. Et je me suis mise le défi de connaître le nom des 35 collaborateurs de l’agence (et les surnoms) en 1 semaine : Challenge presque réussi !

Celui que tu préfères durant les journées à l’agence ? La vie d’agence de manière générale, je n’ai pas particulièrement de moment préféré. J’aime l’atmosphère qui y règne. Les locaux sont vraiment canons. Et contre toute attente, la vie en open space est super chouette, compte tenue de la bonne ambiance présente et des personnes singulières et très sympathiques qui composent l’équipe LHS.

Mais aussi un petit cœur qui bat.

Tu viens d’où ? De Grenoble, born and raised.

Quel est ton parcours ? J’ai fait un master en communications des Organisation à l’Institut de la communication et des Médias (ICM) de Grenoble – mes années d’études se sont déroulées entre Grenoble, Wolverhampton (UK) et Toulouse.

J’ai commencé ma carrière à Paris, en agence, en régie web et chez l’annonceur. De retour à Grenoble en 2014 j’ai travaillé au service communication du Liten (CEA). 

A l’issu de mon CDD, j’ai eu envie de voir autre chose, changer de mode de travail. J’ai fait un petit tour en agence immobilière où je me suis formée au métier d’agent immobilier (directement sur le terrain).

Tu as des passions ? des hobbies ? J’ai découvert le Swing il y a 2 ans et j’en suis devenue complètement addict. Je pratique le lindy hop, le jazz roots et le balboa environ 5 heures minimum par semaine (enfin ça … c’était avant le confinement) 

J’ai un camion aménagé, dans lequel j’adore partir en balade, mer, lac, montagne… tout y passe. J’adore l’eau, faire du bateau (je suis capitaine ) .

Tout ce qui se compose de vadrouille au soleil : I’m IN

J’ai une passion pour l’apéro également, ce qui est une composante importante pour se sentir à sa place chez La Haute Société.

Parce qu’à l’agence, la musique est également une composante importante… Quel est le son qui, même avec une grosse journée en perspective, va te filer la pêche ? Des sons grosse patate, j’en ai un paquet, impossible d’en citer qu’un seul, car en bonne Gémeaux, ne me demandez pas de choisir. 

Le son que tu mets pour venir à l’agence ? J’habite à 3 minutes en vélo de l’agence, ce n’est pas suffisant pour avoir le temps d’écouter quoi que ce soit.

L’endroit que tu préfères pour chiller ? boire un verre ? écouter du bon son ? Dans un hamac ou dans mon camion ou dans mon bateau. Pour boire un verre, j’ai mes “places to be”, le Douceur café ou le café Zimmerman

Interview #2 : The Pitchomaton

Léa fait son Pitchomaton