Tags:

Kezako Linkedin ?

linkedin presentation comptes et fonctionnalités

Il y a surement un(e) bonn(e) ami(e) à vous qui vous a un jour fait la remarque : “mais t’es pas sur Linkedin ?!?”.
Légitimement, vous vous êtes demandé pourquoi vous iriez vous inscrire sur un énième réseau social. Et si vous étiez déjà allé faire un tour sur la page d’accueil de Linkedin avant 2015, vous vous étiez tout aussi légitimement demandé comment on pouvait avoir envie de s’inscrire sur un truc aussi peu ragoutant. Depuis, ils ont fait un effort sur la page d’accueil, avouons-le.
Le réseau compte 10 millions de membres rien qu’en France, ce qui n’est pas rien (surtout qu’il en était à 6 il y a seulement deux ans)
Et si vous vous étiez inscrit(e) “comme ça”, juste pour voir, cela avait fini de ne pas vous inciter à vous y mettre pour de bon. Car avant 2015 comme maintenant, avouons-le, l’interface de Linkedin est aussi laide que compréhensible (en tous cas sur la version desktop, la version mobile a manifestement droit à beaucoup plus d’égards et d’efforts).
Mais revenons à la source de la question : finalement, Linkedin, c’est pour quoi faire ?
En schématisant et simplifiant, ceci :

  • Trouver un emploi.
  • Recruter un employé.
  • Développer son réseau professionnel.
  • Faire de la prospection commerciale.

Pour chacun de ces buts, il y a le compte normal (et gratuit) appelé “Basic”, et un compte “Premium” (et payant) permettant plus de fonctionnalités.

linkedin c'est compliqué

Une métaphore de ce qui peut arriver quand on essaye de tout comprendre Linkedin du premier coup.

Signalons tout de go un des soucis récurrents sur Linkedin : les offres et fonctionnalités ne sont pas toujours les mêmes aux USA et en Europe (ou n’arrivent pas en même temps). Il arrive donc souvent qu’un article relatant une fonctionnalité de Linkedin a priori accessible en France ne le soit tout bonnement pas (pas encore, ou … jamais). Accessoirement, les types de compte Premium changent souvent de nom (sans parler du nombre, qui est enfin passé de 15 à 4 début 2015). Et si vous ne vous tenez pas informé régulièrement des changements relatifs aux offres et fonctionnalités, vous risquez d’avoir des surprises. Nous nous excusons donc par avance : les termes relatifs aux types de comptes et fonctionnalités dont nous parlons aujourd’hui auront changé dans quelques mois, vous voudrez bien nous en excuser !
Pour une analyse des nouveautés et fonctionnalités des comptes, un seul lien en français où tout est complet et à jour : le site/blogue (il est québecois) de Mathieu Laferrière.
Sachez que si vous décidez de vous lancer dans l’aventure Linkedin,  il va vous falloir du temps. Non seulement pour maitriser l’outil en tant que tel, mais aussi pour comprendre comment toutes les offres et fonctionnalités sont liées (ou pas) entre elles.

no cats on linkedin

Linkedin est surement le seul réseau social garanti 100% sans chat(on)s. Ici la photo du dernier chat qui a essayé de s’incruster dans le réseau, en train de se faire expulser manu-militari.

Trouver un emploi

C’est souvent la première porte d’entrée et de motivation d’inscription pour la majorité des comptes créés. Ce n’est pas un hasard si la courbe de progression de Linkedin en France suit bizarrement celle du chômage longue durée. Et votre profil est ainsi principalement axé sur le passage en revue de :

  • vos expériences professionnelles déjà effectuée
  • vos compétences
  • votre parcours d’études

Qui sont les principales choses qu’un futur employeur ira voir vous concernant, si vous êtes en recherche d’emploi. Historiquement, Linkedin, c’était juste ça : un endroit où vous déposiez votre profil professionel.
Sans rentrer dans les détails (qui seront abordés dans un article dédié de la section “vision d’experts“) c’est pour cela que même si vous n’êtes pas actif sur Linkedin, mais que vous avez ouvert un compte, il est important de bien remplir ces sections, et de profiter de tous les trucs et astuces qui la rendront percutante et efficace.
Votre profil (peut) signale(r) aussi d’autres expériences (bénévolat, causes qui vous importent etc.), des groupes de discussions que vous suivez (si vous en suivez), les influenceurs que vous suivez (si vous en suivez), et vos contacts de premier niveau (si vous en avez, mais il vaudrait mieux).
Permettez un bref détour sur les contacts puisque nous venons d’en parler, et que dans un réseau social, c’est pour le moins important. Si vous avez ouvert un compte, ou allez en ouvrir un, et que vous remplissez votre profil sans ajouter un seul contact de “premier niveau” (c’est à dire un comptes d’un autre utilisateur que vous connaissez pour X raisons), autant ne pas l’utiliser. Concernant les termes : un contact de deuxième niveau est un contact d’un de vos contact de premier niveau avec qui vous n’êtes pas effectivement/encore en relation sur Linkedin. Un contact de troisième niveau, c’est un contact qui n’est ni de premier ni de deuxième niveau et avec qui vous ne pouvez pas rentrer en contact directement à moins d’avoir : soit son email direct, soit la possibilité de signaler que vous travaillez ou avez travaillé dans la même entreprise,  ou travaillé ensemble d’une façon ou d’une autre dans vos activités passées.
Ne trichez pas ; si vous demandez à Barack Obama d’être dans vos relations Linkedin et que vous lui signalez que c’est parce que vous avez vendu des pizzas ensemble au Canet en 2009 dans l’établissement “Le Balto”, ça ne marchera pas, et vous risquez d’être signalé comme indésirable par Barack : adieu votre compte Linkedin.

Et ça marche ?
Les études divergent mais notez que 85% des recruteurs regardent le profil linkedin d’un employé qui postule. On imagine aisément que pour les postes à responsabilité, le taux avoisine les 100%.
Et un joli 98% des recruteurs va faire son marché aussi sur Linkedin (non pas que ce soit leur seul outil, mais c’est l’un d’eux).

Pour ce qui est de la recherche active, initiée par le chercheur d’emploi, les avis sont plus partagés et les données manquent. Ce qui est sûr c’est que certains secteurs (business, technologie, media, télécommunications…) sont bien plus concernés que d’autres.
Pour les fonctions, là encore les postes à responsabilité ou à très forte valeur ajoutée sont évidemment en tête : responsables de produit, des achats, contrôleurs qualité, services juridiques, services administratifs pointus, ingénieurs de pointe etc. Cette étude d’Odoxia vous en dira bien plus.
Pour résumer, si vous cherchez un emploi de manutentionnaire dans une PME du BTP, Linkedin ne vous sera guère utile ni pour trouver, ni pour être trouvé.

Le compte premium payant (29,99 euros par mois) correspondant à la fonction de recherche d’emploi sur Linkedin est ” JOB SEEKER “. Ce n’est qu’un avis, mais il parait plus pertinent de mieux savoir se servir de l’outil gratuit et explorer 100% des ses possibilités que de se munir de ce compte premium qui n’offre pas d’avantages exceptionnels. Ce n’est qu’un avis, bien sûr.

Linkedin Job Seeker recherche emploi

Recruter un employé

Même combat donc, mais du côté de l’employeur. Beaucoup d’entreprises ou d’organisations ont le plus grand mal à trouver de bon profils (82% d’entre elles d’après Régions Jobs). Là encore, Pole Emploi ayant le plus grand mal à faire le pont entre demande et offre, comme le rappelle cet article du Journal des entreprises, les réseaux professionnels comme Linkedin, Viadeo et consorts ont pris un essor considérable. Tournons le autrement : si Pole-Emploi fonctionnait, Linkedin n’existerait pas.
Linkedin est donc un marché à ciel ouvert pour les recruteurs. La personne en charge des recrutements, qui aura reçu un CV ira manifestement voir le profil du candidat sur Linkedin, afin d’en savoir plus sur lui et son réseau. D’où l’importance de bien remplir son profil (mais comme stipulé au paragraphe précédent, nous verrons ce point dans un autre article).
Pour les entreprises qui commence à avoir une taille respectable et qui ont en interne un poste de RH, le compte Premium payant (89,95 euros par mois) est intitulé “RECRUITER LITE” . Ce compte Premium fait partie des solutions pour employeurs regroupées sous le terme “Talent Solutions” (qui n’est pas un type de compte Premium à part comme on peut être emmené à le croire) et dont vous pouvez avoir un aperçu ici. Les fonctionnalités intégrées de “Recruiter Lite” sont ici bien plus puissantes et intéressantes que celles de “Job Seeker”. Soyons réalistes : Linkedin sait parfaitement qu’une entreprise qui a de 50 à 5000 salariés n’aura aucun problème à mettre 90 euros par mois dans une solution de recrutement, par contre comme le chercheur d’emploi a un consentement à payer beaucoup plus faible, on lui donne moins de fonctionnalités.
Quoi qu’il en soit cet outil permet au recruteur de mieux rechercher le candidat de ses rêves. Cet outil est d’autant plus efficace quand il est couplé à une vraie politique de marque employeur (sur Linkedin et ailleurs !).

linkedin recruiter lite solution embauche recrutement

Entretenir son réseau

Si vous êtes déjà en place et que voulez entretenir et développer votre réseau, Linkedin est déjà un bon outil en mode gratuit, pour peu que vous maitrisiez quelques bonnes pratiques et y passiez un minimum de temps (de 1 à 2h par semaine).
Retrouver les anciens de son école, c’est toujours aussi plaisant qu’utile. Aller rechercher toutes les personnes que vous avez croisées dans votre parcours professionnel, ce n’est jamais inutile. Rentrer en contact avec un de ceux-ci peut parfois déboucher sur de belles opportunités. Eplucher et participer à des groupes de discussions thématiques permet de se tenir au courant des dernières tendances et actualités et peut vous positionner en expert.
Mais les fonctionnalités du compte Premium associé “BUSINESS PLUS” (44,99 euros / mois) sont bien plus puissantes.
Que ce soit dans le cadre de votre activité actuelle, ou pour entretenir et capitaliser sur votre image de marque personnelle, appelée aussi “personal branding” (parce que ça pète plus tu vois, coco). Vous avez une expérience aussi grande qu’une file d’attente à Pole Emploi, des savoir-faire à faire rougir une tomate, vous avez obtenu des résultats de fou ? C’est bien. Non franchement, bravo.
Mais si vous ne le faites pas savoir, le bouche à oreille risque de ne pas suffire, parce qu’il y a du monde sur la corde à linge, comme on disait en 1995.

Ce compte est aussi souvent utilisé pour… anticiper son prochain poste et rester “à l’écoute -souvent active- de toute proposition”. Ne faites pas semblant d’être étonné : c’est un jeu devenu naturel, surtout dans les postes à responsabilité, que d’attaquer un poste en pensant déjà au prochain, qui sera forcément mieux payé, et où tout se passera forcément mieux dans le meilleur des mondes, au milieu d’oiseaux multicolores et de cocktails exotiques.

Et si dans votre poste actuel ce compte Premium vous permet non seulement de réseauter, mais aussi de faire de la prospection commerciale (directe ou indirecte) sachez que ce n’est qu’un avant-goût de ce qu’il est possible de faire avec le compte “Sales Navigator”.

linkedin-business-plus

 

Faire de la prospection commerciale

Voilà pour le coup une activité qu’il est, si ce n’est difficile, au moins laborieuse à faire avec un compte standard gratuit. Ne serait-ce que parce que les critères de recherche(s) sont très limités, et que vos relations de premier ou deuxième niveau ne vous permettent pas d’atteindre ce fameux Directeur Marketing que vous pistez depuis des semaines. Le compte Premium “SALES NAVIGATOR” (59,99 euros/mois) vous permet non seulement de trouver des prospects et générer des leads sur votre marché rapidement, mais de les surveiller (en étant au fait de toutes leurs activités sur le réseau), puis d’entrer en contact avec eux.
Un des aspects les plus intéressants est finalement dû à un choix simple : Sales Navigator s’ouvre dans une autre fenêtre que votre compte normal (que vous gardez, rassurez-vous) : et cette page dédiée à vos activités sur Sales Navigator présente une mise en page épurée, qui vous permet d’éviter le “bruit de fond” de votre page d’accueil standard. Le gain de temps n’est pas négligeable, et si vous avez bien paramétré vos différents critères, vous qualifierez vos prospects bien plus efficacement.

linkedin sales navigator prospection commerciale

Notez que vous pouvez avoir plusieurs comptes Sales Navigator regroupé en un “team” dans la version “Sales Navigator Corporate”, pour votre entreprise : ainsi plusieurs personnes pourront se servir de l’outil, et le ou les administrateurs pourront recouper leurs informations et suivre les activités de chacun, avec un reporting détaillé, ce qui peut se révéler un bon atout, pour peu qu’un minimum de stratégie ait été planifié en amont. Ce compte bénéficie aussi d’un support, d’une formation et d’un suivi personnalisé par les équipes de Linkedin. Immanquablement, il est donc plus cher (875 euros/an par personne et par compte, ce qui nous fait un 73 euros /mois). Les passerelles qui peuvent être établies avec Salesforce sont aussi un atout non négligeable. Le nombre d’inMails qui peuvent être envoyé est de 30 par mois (vs 15 en version normale), les filtres de recherche sont aussi plus puissants (8 filtres contre 4)

J’y vais ? J’y vais pas ?

Eh bien ça dépend. Désolé de cette réponse un tantinet normande. Ce que nous pouvons conseiller, c’est déjà de commencer par bien maîtriser votre compte personnel “Basic” gratuit, et d’essayer d’en tirer le maximum, afin de déjà bien comprendre l’ensemble de l’écosystème (très mouvant et parfois assez opaque) de Linkedin.
Une fois cela fait, cela dépend avant tout des buts que vous vous fixez, et aussi, pensez-y bien, du temps que vous avez à y consacrer.
Linkedin, sous quelque forme que ce soit, est un outil, pas une baguette magique.

En attendant, que diriez-vous de suivre La Haute Société sur Linkedin ?

emploi file attente

New York, 1908, la file devant une agence de recrutement. Toute ressemblance avec une file d’attente devant Pole Emploi en 2015 ne saurait être que fortuite.